Edouard Manet, Berthe Morisot, un mystérieux duo

21Juil

documentaire - culture

Berthe Morisot devint la première femme du courant des impressionnistes aux côtés de Degas, Monet, Renoir qui la considéraient comme leur égale.

 

Critique : Curieux de la nature du lien qui unit Edouard Manet à Berthe Morisot, à partir de leur rencontre, en 1868 — l'un, peintre confirmé et tout auréolé du scandale du Déjeuner sur l'herbe et d'Olympia ; l'autre, jeune fille de bonne famille copiant les maîtres au Louvre —, les exégètes jouent au plus fin. Car, alors même que l'on connaît l'abondante correspondance de Berthe avec ses proches, notamment avec sa soeur Edma, témoin de l'admiration de la jeune femme pour son aîné, il n'y a pas la moindre trace d'aveu ni de missives amoureuses entre ces deux peintres qui se côtoyèrent pourtant, pendant quinze ans, dans une évidente complicité, jusqu'à la mort de Manet, à 51 ans. Si les documents manquent, la peinture parle, nous dit l'académicienne Dominique Bona. Jamais Manet n'a peint tant de fois la même femme, dans des portraits chargés de « désir interdit », renchérit l'historien d'art Stéphane Guégan. On peut déceler, par exemple, dans l'importance du motif des violettes la réserve de la jeune femme et le symbole de l'amour inavoué. Dans une confrontation fructueuse des oeuvres, en particulier après le mariage de Berthe avec Eugène, frère d'Edouard, les réalisateurs font paraître les signes d'une émulation réciproque. Esquissant au passage le portrait émouvant d'une artiste qui, promise au purgatoire des « peintres de ménage » par le condescendant jury du Salon, fut considérée par Renoir, Degas ou Monet comme leur égale. — Catherine Cabot

 

Diffusion : Le 21 Juillet 2017 à 23:45

 

Replay : Disponible prochainement ...

 

Commentaires